Les fameuses discothèques - Séfanie Racine

Mon blogue

Les fameuses discothèques

Les fameuses discothèques - Séfanie Racine

Parfois, j’aimerais pouvoir faire faire un test qualité de l air Montréal que l’on retrouve dans une discothèque. Le mélange de sueur, dû au fait que l’on danse toute la soirée, jusqu’aux petites heures du matin, en plus de l’alcool, et sûrement aussi, quelques émanations de toutes sortes de drogues qui sortent des pores de la peau des gens, en plus du fait qu’il y a beaucoup de gens dans la place. Tout ça doit être une cause à effet de la raison pour laquelle l’air est d’une piètre qualité. 

Mais, malgré tout ceci, les gens adorent s’y rendre pour se laisser aller et lâcher un peu de stress. Comme ça fait du bien de pouvoir « laisser tomber ses cheveux », comme ils disent en anglais, et se défouler ! Certains aiment chanter, mais moi, j’adore danser. C’est bon pour le moral, pour le corps, et pour l’âme aussi. Ceux qui savent comment bien danser se servent de leur côté créatif pour inventer de nouvelles danses, de nouveaux mouvements, et cherchent à faire participer les autres. C’est amusant !

La danse, c’est le langage qui transcende les cultures, les ethnies, les religions et les langues de la Terre. C’est l’activité qui sait réunir tout le monde, peu importe notre apprentissage. On n’a pas besoin d’avoir appris à danser pour se mettre à bouger, à manier notre corps, à dévoiler notre fort intérieur. Nos bras et nos jambes servent d’outils à la démonstration de notre art ; notre corps devient la peinture sur la toile du plancher de danse. L’espace sert à déployer notre imagination.

C’est un art qui existe depuis la nuit des temps. Dès qu’on commence à marcher, on cherche à bouger sur les rythmes des tambours, au son de la guitare, en suivant les airs de la flûte, ou en se laissant hypnotiser par les clés du piano. Le chant nous est tout aussi naturel, mais le corps apprend à bouger avant de savoir comment faire fonctionner les cordes vocales. Les bébés se mettent souvent à sautiller dès que quelqu’un fait jouer un disque à la maison, même s’ils sont assis. Peu d’enfants en bas d’un an (si ce n’est aucun) ne se mettent à chanter. Ils finissent parfois par crier, mais rien de plus.

Ce n’est pas pour dire que la musique n’a pas sa place dans la culture. Elle est tout aussi importante. Par contre, dans combien de pays est-il normal de voir les hommes danser ? Dans le monde occidental, c’est souvent le contraire qui se produit : les hommes demeurent tapissés au mur pendant que les femmes se groupent ensemble pour se laisser emporter par les airs joués par le DJ.